LE BLOG DE L’IMAGERIE 3D


Catégories


Twitter


"Retrouvez-nous pour 3 jours à la @sofcot_ortho sur le stand 6F (1er étage) pour parler #Digital et #3D pour l’… https://t.co/xdzLFcqUD1"

"RT @VivienPoujade: Le "Conseil de la semaine" pour les #entrepreneurs by @VivienPoujade et @Diateino : "Recrutez des collaborateurs meilleu…"

LE BLOG DE L’IMAGERIE 3D

/ 0

TECHNOLOGIES 3D

L’ impression 3D à la conquête de Mars

13 octobre 2015

Une planète pas véritablement accueillante

Pour coloniser Mars, il faut faire face à de nombreux paramètres dont celui de ne pas pouvoir respirer. De plus, Mars est une planète fortement radioactive et les températures sont extrêmes.

Afin de réduire les coûts, la NASA cherche à utiliser les ressources de Mars pour la conception des habitacles qui seront présents sur place. Elle a donc lancé un concours dont le sujet est de trouver des solutions pour imprimer des habitacles sur Mars en utilisant les ressources et les éléments disponibles sur la planète rouge. La start-up française Fabulous a participé à cet appel d’offres stellaire via son projet Sfero.

L’habitacle Sfero

Fabulous est une start-up parisienne spécialisée dans la création de projets d’ impression 3D. Pour ce projet martien, elle a imaginé un habitat qui peut être entière imprimé à l’aide de ressources présentes sur la planète rouge. Cet habitat se nomme Sfero, à savoir la contraction de « sphère », « fer » et « eau ».

En effet, l’habitat a une forme sphérique et il pourrait être conçu à partir d’un alliage de fer et d’eau (deux éléments présents sur Mars).

Plus précisément, il s’agit juste d’un mât central télescopique pouvant atteindre 8 mètres et conçu en aluminium et en titane. Celui-ci serait transporté de la terre vers Mars. Une fois sur la planète rouge, le mât doit être planté à plusieurs mètres de profondeur à proximité d’une poche de glace présente dans le noyau.

80 m² sur trois niveaux grâce à l’ impression 3D

Il pourrait ainsi pomper directement l’eau de la glace. Ce mât est également équipé de 2 bras robotiques : 1 pour aspirer le fer présent dans le sous-sol martien et 1 pour « imprimer » l’habitation. Grâce à un laser, une structure alvéolaire serait construite en particules de fer à l’intérieur de laquelle serait versé de l’eau afin d’apporter une protection contre les radiations.

Tout le mobilier de l’habitacle serait lui aussi imprimé en 3D et il faudrait attendre environ 3 à 4 mois pour avoir un habitacle de 80 m² sur trois niveaux.

Quelques questions restent en suspend

Sur le papier, le projet parait séduisant, mais de nombreuses réponses n’ont pas été encore apportées. Par exemple, rien n’explique comment fonctionnera le laser et la paroi composée de fer et d’eau pose quelques problématiques.

De plus, garantir une étanchéité totale en évitant que l’eau ne passe à travers les alvéoles est un véritable défi (température extérieure de 60 degrés). D’autres problématiques viennent s’ajouter à ces interrogations, si bien que le projet Sfero semble être encore loin d’une solution véritablement réaliste.

Au final, l’ impression en 3D des logements sur Mars en est encore à son balbutiement. Surtout, si l’objectif est de le faire en utilisant les éléments présent sur la planète rouge. De toute façon, la colonisation de Mars n’est pas prévue avant 2030, ce qui laisse encore le temps aux ingénieurs pour trouver des projets viables.

Visuel : Fabulous 3D